L’Échappée a reçu le Grand Prix Livres Hebdo des bibliothèques 2021

previous arrow
next arrow
Slider


vignette précédente
vignette suivante
Slider

Photos : Benjamin Gremen – Kaptis

Un nouveau lieu

L’Échappée succède à l’espace Baudelaire, dans un bâtiment qui est profondément rénové tout en préservant des éléments forts de l’architecture initiale. L’intérieur a été entièrement repensé pour accueillir tous les publics dans des conditions de confort inégalées.

Cinq grands espaces

L’Échappée réunit en un même lieu la médiathèque, les archives, une salle de spectacle, une galerie d’exposition et un café.

Pourquoi L’Échappée ?

Le nom de l’établissement fait référence à une perspective ouverte, à l’instar de la vue qui se dégage du haut des terrasses. Cette image de l’échappée traduit également les espaces de liberté que la médiathèque met à disposition et illustre le potentiel dynamique offert par l’ensemble de ses fonctions culturelles.

Les caractéristiques du bâtiment rénové par les architectes F. Chochon et D. Joulin

Très largement vitrée, rythmée par des brise-soleil verticaux, la nouvelle façade s’avance de six mètres et propose une proximité avec l’espace urbain.

Un long escalier, très visible depuis l’extérieur, s’élève d’Ouest en Est le long de la façade, invitant chacun à monter jusqu’au café qui surplombe de sept mètres l’avenue.

Installé dans un nouveau volume, le café conduit aux deux terrasses, une basse et une haute, désormais accessibles au public. Elles donnent vue sur la Place Maréchal Juin et au-delà, vers le Sud. La création de ce volume, véritable signal urbain, offre une autre dimension : l’ouverture sur le lointain, sur l’horizon.

La médiathèque, installée sur deux niveaux interconnectés, dispose d’une partie centrale avec quelques emmarchements, qui sera éclairée de façon zénithale par un puits de lumière provenant d’une verrière. Les espaces de la médiathèque baignent dans la lumière naturelle.

La « personnalité » de l’ancien bâtiment se retrouve dans la présence du béton brut des piliers qui rythment l’espace. Le bois sera également très présent : au niveau de certains sols, des emmarchements, de la signalétique, etc.

La nouvelle salle de spectacle, complètement reconstruite, libérée des contraintes qui la corsetaient, offre un volume très qualitatif, avec des locaux techniques au même niveau que le plateau. Elle sera d’un accès direct, face à l’entrée du bâtiment.


François Chochon, David Joulin, architectes

L’aménagement intérieur des espaces publics

Le projet d’aménagement mobilier accompagne le travail de l’architecte. Il consiste ici à préserver au maximum les transparences dégagées du bâtiment existant. Le regard du public doit pouvoir « filer au-delà » des mobiliers. Le but étant de simplifier la lecture des espaces, totalement renouvelés et très lumineux.

Le nouvel  aménagement  favorise des cheminements privilégiés en formant des artères repérables. Celles-ci rejoignent la volonté de l’architecte de valoriser une nouvelle  liaison structurante en façade, mais également de matérialiser – par des gradins de bois et un petit escalier – un chemin plus « buissonnier » dans le paysage intérieur – menant lui aussi aux niveaux supérieurs.

Les espaces, que ce soit au rez-de-chaussée au premier étage ou au niveau du café, sont valorisés et orientés vers la lumière et le paysage extérieur. Ce sera un point fort de la rénovation. L’implantation du mobilier joue de ce même argument en proposant, par exemple, en balcon de l’étage, une suite d’assises individuelles tournées vers le quartier.

Les mobiliers sont choisis pour créer une unité dans la globalité du bâtiment autant que pour assurer une diversité d’ambiances, grâce à des choix de formes, de tissus, et de colorimétries qui spécifieront les fonctions. Si le mobilier de rangement est choisi neutre et blanc, c’est pour valoriser les collections. La couleur, les matières, sont apportées par le mobilier d’assise, les accessoires et le design sur mesure de certains éléments essentiel, comme les banques d’accueil.

L’ambiance est également très déterminée par les sols, surface visuelle d’importance : parquet bois au rez-de-chaussée et moquette à l’étage. Le bois – élément naturel qui apporte de la chaleur – se retrouve aussi dans le mobilier sur mesure, le mobilier standard et dans la signalétique intérieure.

On notera enfin que le mobilier du café, en terrasse, se positionne tout aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, démontrant ainsi son caractère ouvert vers la cité et son paysage urbain.

Gilles Vignier, architecte d’intérieur